Suivez l'étoile... Un scientifique briançonnais de la Renaissance vous aide à lire dans les astres.

 

Publié en août 2023

 

Oronce Fine (1494-1555), né à Briançon (Hautes-Alpes), est à la fois mathématicien, astronome et cartographe. Il est connu pour avoir mis les sciences mathématiques au goût du jour en France, et pour avoir construit de nombreux instruments (cadrans solaires, horloges). Renommé de son vivant, il enseigne à Paris à l'époque de la Renaissance. 

À quoi ressemblait-il ? La gravure ci-dessous, réalisée sans doute d'après un dessin de la main d'Oronce Fine lui-même (il s'agirait donc d'un autoportrait), nous le présente avec tous ses attributs : entouré de ses instruments, il reçoit les instructions d'Uranie, la muse de l'astronomie.

 

Extrait de (...) De Mundi sphæra,(...), par Oronce FineADHA

 

En cette première moitié du 16e siècle, les contours des disciplines scientifiques, et la définition même de la science, ne sont pas les mêmes qu'aujourd'hui. L'astronomie et l'astrologie en particulier s'entremêlent, et les plus grands astronomes sont aussi astrologues : ils élaborent des almanachs - équivalents de nos horoscopes. Ils pratiquent l' « astrologie judiciaire », dont l'astrologie actuelle est la continuité. « Judiciaire », car on voit le jugement de Dieu dans les lois qui régissent le mouvement des astres. On cherche donc à comprendre leur influence sur les phénomènes, dans l'espoir d'interpréter la volonté divine - et d'ainsi prédire l'avenir : 

Ce ne sont pas termes facétieux

De connaître le cours industrieux 

Des planètes, quelque chose qu'on fasse

Par ce moyen l'on peut suivre la trace

Du créateur en y dressant les yeux1

La divination par les astres joue à l'époque un rôle important dans la pensée scientifique et elle a eu une influence capitale sur le développement de l'astronomie2. Cependant, les théologiens et les savants eux-mêmes critiquent la pratique abusive de certains astrologues, et la crédulité populaire qui ajoute foi à ces superstitions.

 

Les maisons et les signes du zodiaque. Extrait de (...) Duodecim caeli domiciliis et horis inaequalibus libellus (...), par Oronce Fine. ADHA

 

Les almanachs sont alors très répandus. Ils contiennent des « pronostications », c'est-à-dire des prophéties, des calendriers, ainsi que des prévisions météorologiques et des conseils pour se préserver des maladies. C'est par exemple l'époque où Michel de Nostredame, appelé Nostradamus (1503-1566) publie ses Prophéties. François Rabelais (1494?-1553), l'auteur de Pantagruel et Gargantua, produit également des Prognostications, pour certaines parodiques. Ces deux figures du 16e siècle sont à la fois médecins et astrologues.

 

Pantagruéline prognostication certaine vérifiable et infaillible (...), par François Rabelais, vers 1533. BnF

 

Oronce Fine lui aussi, en bon astronome, se livre à l'astrologie, ce qui lui vaut sans doute quelques années de prison autour de 1520, pour avoir fait des prédictions incompatibles avec les projets de la reine-mère Louise de Savoie... Cet épisode fâcheux ne semble pas le détourner de sa pratique, puisqu'il publie plusieurs décennies plus tard, en 1543, une introduction à l'astrologie judiciaire, intitulée Canons et documents très amples, touchant l'usage et pratique des communs almanachs (...). Sans doute les compétences d'Oronce Fine en astrologie participent-ils de sa célébrité, et c'est peut-être pour se faire tirer des horoscopes, en plus d'admirer les instruments et cartes qu'il fabriquait, que les grands seigneurs, les ambassadeurs, et les étrangers de passage à Paris venaient lui rendre visite3.   

 

Les symboles des « luminaires et planètes ». 

 

Les symboles des signes du zodiaque. Extrait des Canons et documents (...). ADHA

 

Les Canons et documents (...) ne contiennent pas à proprement parler de prédictions. Oronce Fine y explique les bases nécessaires à la compréhension des almanachs. Il décide de rendre cette connaissance accessible au plus grand nombre en écrivant en français, alors qu'au 16e siècle, les ouvrages scientifiques sont majoritairement rédigés en latin, et « en délaissant toutes choses et paroles superflues » qui se trouvent dans les ouvrages des autres astrologues4 . Simplifier est son mot d'ordre.

Le livre contient 30 canons, autrement dit articles, qui présentent les connaissances nécessaires pour pouvoir utiliser les éphémérides, ces tables par lesquelles on détermine la position des planètes. D'abord, il présente la théorie : les éclipses du soleil et de la lune ; les planètes, leurs mouvements et leurs caractéristiques ; les 12 maisons du ciel ; le zodiaque, ses 12 signes et leurs caractéristiques, par exemple leur correspondance avec les parties du corps.

 

influence signes fine 2

influence signes oronce fineL'influence des signes du zodiaque sur les parties du corps. Extrait des Canons et documents (...), édition de 1543. BnF

 

Ensuite, il expose la manière de faire des prévisions à partir des éphémérides : définir le moment idéal pour bien juger le changement d'air, pour bien négocier, pour faire les saignées et prendre médecine, pour semer, cultiver les arbres et les vignes... Ainsi, voyons ce que cela donne si Saturne est avec la Lune en conjonction :

Le jour est malheureux pour toutes œuvres, et principalement ne fait pas bon avoir affaire avec gens vieux, rustiques et laboureurs.

Si Mars est avec la Lune en sextile aspect :

Il fait bon conduire armées à la bataille, avoir affaire avec les rois, capitaines et gendarmes, parler aux princes, et acheter chevaux de guerre, et choses de rouge couleur, et bon traiter l'alchimie.

Si Vénus est avec la Lune en quadrature :

Il fait bon prendre femme, traiter d'amour avec les dames, orner sa perruque, tailler et vêtir habillements nouveaux.

Si la Lune est en Aries (bélier) :

Il fait bon commencer ce que l'on veut être tôt fini, et mauvais commencer ce que l'on veut être ferme et stable, avoir paroles avec les princes et riches gens : bon soi saigner, et mauvais raire [raser] la tête, et appliquer ventouses à ceux qui ont mal au col et oreilles5. 

L'ouvrage a rencontré tant de succès qu'Oronce Fine en propose une réimpression en 1551. La seconde édition contient en plus le traité d'un mathématicien et astrologue arabe du 10e siècle, Alcabitius (en latin) ou Alcabice (prénom francisé), déjà connu en Occident au Moyen Âge. Ce traité, qui parle de la conjonction des planètes, nous rappelle que l'astrologie a été pratiquée dans de nombreuses parties du monde. Oronce Fine le traduit du latin : il fait partie de ces savants de la Renaissance qui font redécouvrir ou diffusent à grande échelle, avec l'aide de l'imprimerie nouvellement apparue, des textes latins, grecs, arabes plus anciens, parfois en les traduisant.

 

signe balance manuscrit arabeLe signe astrologique de la balance. Extrait de Traité de nativité (...), par Albumasar, astronome du 9e siècle. Manuscrit arabe, 16e siècle. BnF

 

Nous voici arrivés au terme de notre exploration de l'astrologie avec Oronce Fine ! Pensez-vous, comme ce grand astronome, que « la disposition des corps célestes, incline grandement les choses inférieures à être heureusement ou malheureusement faites et commencées »6 ? Dans ce cas, grâce à lui et à Alcabice, vous aurez désormais toutes les cartes en mains pour faire de chacune de vos entreprises un succès. Un clic sur l'image ci-dessous vous donnera accès à la totalité des Canons et documents (...) d'Oronce Fine.

Alcabice néanmoins est là pour nous rappeler qu'en matière de prédictions, le mot de la fin ne nous appartient pas, aussi savant que nous soyons : « l'on pourra donner certain jugement des choses à venir (...) moyennant le vouloir et grâce de Dieu »7. Si rien n'est donc gagné, rien ne nous empêche non plus d'essayer ! 

 FRAD005 8 03165 0005 premiere pageLes Canons et documents (...), par Oronce Fine. ADHA

 

 

FRAD005 FOLIO 00092 0008 carre

les liens

 

  • Les Archives départementales des Hautes-Alpes possèdent de nombreux ouvrages d'Oronce Fine consultables en ligne. Vous pouvez vous rendre dans l'article Sciences de Culturicimes Patrimoine pour les retrouver. Si beaucoup sont en latin et donc d'un accès difficile, ils sont ornés de très jolies gravures, que nous devons en grande partie à Oronce Fine lui-même. N'hésitez pas à les parcourir.

 

FRAD005 FOLIO 00092 0008 carreles références et les mentions 

 

 

ADHA : source archives.hautes-alpes.fr / Archives départementales des Hautes-Alpes

BnF : source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France